Révolution Zendj

TARIQ TEGUIA

Fiction – Long métrage
2013 – Algérie-France-Liban-Qatar
DCP – 16/9 -Couleur-Dolby SRD
137mn

Sortie en salle le 11 Mars 2015
Télécharger le dossier de presse Révolution Zendj
Télécharger la revue de presse

Lien vers le site du distributeur

Production : Neffa Films, Zendj, Mirrors, Captures, Le Fresnoy
revolution-zendj-teguia-captures

Révolution-Zendj-TEGUIA« Révolution Zendj » de Tariq Teguia. | DR


SYNOPSIS
Ibn Battutâ est journaliste dans un quotidien algérien. Un banal reportage sur des affrontements communautaires dans le Sud algérien le conduit imperceptiblement sur les traces de révoltes oubliées du 8e au 9e siècle sous le Califat abbaside en Irak. Pour les besoins de son investigation il se rend à Beyrouth, ville qui incarna toutes les luttes et les espoirs du Monde arabe…
Ibn Battuta works as a journalist for an Algerian daily newspaper. While covering community clashes in Southern Algeria, he finds himself incidentally picking up the trail of long forgotten uprisings against the Abbasid Caliphate, back in 8th-9th century Iraq. For the purpose of his investigation he goes to Beirut, a city that used to embody the hopes and struggles of the Arab World…


Interprètes/Cast : Fethi Gares, Diyanna Sabri, Ahmed Hafez, Wassim Mohammed Ajawi, John W. Peake, Sean Guillette, Ghassan Salhab, Fadi Abi Samra, Amos Poe…
Réalisation/Filmmaking : Tariq Teguia Image/Camera : Nasser Medjkane, Hacene Ait Kaci Scénario/Screenplay : Tariq Teguia Décors/Art Director : Heidi Tsirogiannis, Michelle Braidy Son/Sound : Abdelkader Affak, Kamel Fergani Musique/Music : Magyar Posse, Ash Ra Temple, Lena Platonos Montage/Editing : Rodolphe Molla Production/Production : Neffa Films, Zendj, Mirrors, Captures, Le Fresnoy


Grand Prix Janine Bazin au Festival du film de Belfort
Le jury décerne le Grand Prix Janine Bazin à un film qui a suscité des interrogations et, par moments, de la perplexité. Mais pour sa tentative de cartographier le monde dans sa globalité, pour sa façon d’assumer une vision politique reliant le lointain passé des civilisations arabes et les enjeux du présent, et par ses fulgurances de mise en scène.
> 28eme Festival International du film de Belfort
> Le Monde, Article du 05.12.2013


TARIQ TEGUIA

Né à Alger en 1966, Tariq Teguia effecte des études de philosophie et d’arts plastiques avant d’être poussé vers la photo et le cinéma. En 1992, il co-réalise avec son frère Yacine Teguia Kech’mouvement, un premier court-métrage de fiction centré autour d’une simple question : fuir, mais où ?
Il débarque à Paris la même année pour devenir l’assistant photographe de Krysztof Pruszkowski. Ces années de travail lui permettent d’affiner son regard en produisant ses propres travaux photographiques. Parallèlement à cela, il continue également à tourner des courts-métrages en Algérie, comme Ferrailles d’attente en 1998 et et La Clôture en 2002, parfois avec quelques problèmes comme pour Le Chien dont la pellicule est saisie une première fois à la douane algérienne.
De retour en Algérie il travaille comme enseignant à l’école des Beaux-arts et monte son premier projet de long-métrage, qui aboutit en 2008 à la sortie de Rome plutôt que vous, film qui fait le tour des festivals (Venise, Fribourg) et obtient deux prix dont celui d’interprétation pour Samira Kaddour à Belfort en 2007. Au coeur de son oeuvre, la question lancinante de l’exil et de ses raisons.
Son film précédent, Gabbla (INLAND) a remporté prix Fipresci de la critique en 2008 au festival de Venise.

Retrospective des films de Tariq Teguia au centre Georges Pompidou du 6 au 15 Mars 2015:

> Communiqué de presse
> Brochure Complète Retrospective Tariq Teguia


 

INLAND

un film de Tariq Teguia

Fiction – Long métrage
2008 – Algérie/France
35mm-1.85-Couleur-Dolby SRD
2h18

INLAND-AFFICHE


Prix Fipresci Festival de Venise 2008
Compétition Festival EntreVues, Belfort 2008
Compétition Festival de Rotterdam 2009
Sélection Guadalajara 2009
Sélection Jeonju 2009


> Bande Annonce
> Dossier de presse


SYNOPSIS
Alors qu’il vit en quasi reclus, à l’abri du monde et de ses fureurs, Malek, un topographe d’une quarantaine d’années, accepte, sur l’insistance de son ami Lakhdar, une mission dans une région de l’Ouest algérien. Le bureau d’études oranais, pour lequel il travaillait il y a encore peu, le charge des tracés d’une nouvelle ligne électrique devant alimenter des hameaux enclavés des monts de l’Ouarsenis, une zone terrorisée il y a à peine une décennie par l’islamisme.
Arrivé sur le site après plusieurs heures de route, Malek commence par remettre en état le camp de base – une cabine saharienne délabrée ayant déjà abrité une précédente équipe, venue à la fin des années 90, mais décimée lors d’une attaque des intégristes.
En fin de journée, Malek, de retour dans le camp de base, trouve une jeune femme dissimulée dans un recoin de la cabine saharienne. Elle est Noire, parle difficilement l’anglais et ne veut pas donner son nom. Malek décide de l’héberger. Elle ne veut plus fuir vers l’Europe, elle est épuisée, elle veut rentrer chez elle, elle accomplit le chemin retour.
Elle dessine du doigt un itinéraire sur les cartes de Malek, vers le Sud Est, en une interminable diagonale vers la frontière algéro-malienne.
La route vers le désert, soit un point de disparition mutuelle.


Interprètes/Cast : Kader Affak – Ahmed Benaissa – Ines Rose Djakou – Fethi Ghares – Djalila Kadi-Hanifi – Kouider Medjahed
Réalisation/Filmmaking : Tariq Teguia Image/Camera : Nasser Medjkane, Hacene Ait Kaci Scénario/Screenplay : tariq & yacine teguia Décors/Art Director : Heidi Tsirogiannis, Michelle Braidy Son/Sound : Abdelkader Affak, Kamel Fergani Son/Sound : matthieu perrot kamel fergani Montage/Editing : rodolphe molla andrée davanture Production/Production : neffa films yacine teguia ouahid benhallah cine@ brigitte faure sandrine boulet, christophe audeguis, brigitte monkerhey-couët, captures frédéric lemaigre, le fresnoy frédéric papon distribution : Contre-Allée Distribution musique/soundtrack : christian fennesz / cheikha djenia / fela anikulapo kuti / sonic youth / terry riley / bismillah khan / mahavishnu orchestra with john mclaughlin / omar khayyam


Ce film a été produit avec le soutien financier de
Fond Hubertbals, Rotterdam (Pays-Bas)
FDATIC, Fond pour le Développement des Arts, des Techniques et de l’Industrie Cinématographiques, Ministère de la Culture (Algérie)
Fonds Sud, Ministère de la Culture et de la Communication, Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, (France)
Ambassade de France à Alger
Ce film est distribué avec l’aide d’Euromed Cinemas, un programme finance par l’Union Européenne dans le cadre de Euromed Audiovisuel II
Avec le soutien du CNC dans le cadre de l’aide sélective, de l’ACID et du GNCR


 

Figure of speech

Un film de Bernard Szajner

Animation 3D – Court métrage
2012 – France
HD-Format carré-3D-Couleur-Stéréo
4 mn
Production : Captures
Animateur-graphiste : Yann Minh

fleur 3D bernard szajner

le Haïku, poème court japonais au style codifié, évoque la nature selon un rythme de 5 – 7 – 5 syllabes. Dans ce film d’animation en 3D, les fleurs, comme icônes de la nature sont réalisées en images de synthèse. Chaque fleur vient flotter devant nos yeux, pendant qu’une une autre fleur nait de la première, et ainsi de suite, évoquant la naissance infinie et la mort de la nature.

> Bernard Szajner